Interviews

[interview] L’univers electro funk planant et sexy de Onelight

This post is also available in: English

Onelight-Jared-Leopard-interview-couvre-x-chefsOnelight ©Jared Leopard


Onelight est un nom qui devrait vous sembler familier, lecteurs de Couvre x Chefs. En effet, le jeune et brillant DJ portant les couleurs de Musique Large (le label de Fulgeance, Baron Rétif & Concepción Pérez…) fut l’un des premiers à nous livrer une couvre x tape exclusive aux débuts de CxC. En 2014, nous l’interviewons suite à son passage sur Overdrive Infinity, l’émission de streaming de référence animée par Teki Latex sur Dailymotion. Aujourd’hui, Onelight a franchi le cap de la production et sort son premier EP composé par ses soins : TUGGSPEEDMAN. C’est naturellement que nous avons posé quelques questions au DJ, et donc nouvellement producteur, afin d’en savoir plus sur ses projets actuels.


Couvre x Chefs | En 2014 tu nous parlais justement de cet exercice qu’est la production, comment l’as-tu abordé ?

Onelight | Oui, c’est marrant parce qu’à cette époque je t’avais dis que cet exercice ne m’intéressait pas, justement. A vrai dire, l’idée n’était pas encore claire dans ma tête à ce moment là. La production a toujours été un projet que je souhaitais concrétiser. Il m’a cependant fallut du temps pour bien savoir où je voulais aller et ainsi pouvoir proposer quelque chose qui me semble pertinent. Ce qui n’était pas évident au vue de tous les types de musiques que j’écoute au quotidien et qui m’inspirent tous à leurs manières. Au final et c’est apparu comme une évidence, j’ai choisis de m’orienter sur des sonorités Funk et R’n’B modernes, qui sont les styles que je joue et écoute le plus ces derniers temps.

Avec qui as-tu travaillé pour la composition de ton EP Tuggspeedman ?

J’ai eu la chance de travailler dans le studio de Tayreeb, qui est un camarade de longue date pour qui j’avais réalisé un mix rétrospectif pour le label Noircity il y a quelques années. Il avait produit une Beat Tape dans la collection Beat Heroes de mon feu webzine Stereotree aussi. J’ai pu écouter quelques uns de ces nouveaux morceaux d’ailleurs, ce mec a un talent phénoménal.

Tu as sorti ton EP chez la maison mère Musique Large, et Pierre Thyss, déjà auteur de plusieurs de tes artworks, a réalisé un visuel animé pour le titre éponyme Tuggspeedman, c’était important pour toi d’être bien entouré pour cette première sortie ?

Oui, pour moi c’est essentiel. Aujourd’hui il y a tellement de choses qui sortent, bonnes ou mauvaises, qu’être bien entouré est important si on veut avoir un peu de visibilité. Puis c’est la continuité logique du travail que j’effectue en tant que DJ depuis que j’ai rejoins le label en 2009. Rekick, Fulgeance et les BR&CP ont été très enthousiastes à l’écoute des morceaux et ils m’ont beaucoup soutenu, je ne les remercierais jamais assez pour ça. Idem pour Pierre Thyss. Il réalise les artworks de mes mixs depuis le début. Il me paraissait logique et nécessaire de faire appel à lui pour mon premier clip. J’avais une idée en tête de ce que pourrais être la vidéo de Tuggspeedman et il est allé au-delà de tout ce que j’ai pu imaginer. C’est vraiment un garçon hyper talentueux et il a réalisé un travail de dingue, comme d’habitude. Longue vie à lui !

On appréciera le travail de dingue de Pierre Thyss !

Orgasmic (fondateur de Sound Pellegrino avec Teki Latex, au cas ou il faudrait le préciser) a remixé ton titre Tuggspeedman, comment s’est passé cette collaboration ?

En plus d’être un de mes DJ’s préférés, j’ai toujours aimé son travail de production que je trouve inventif et énergique. C’est le premier artiste que j’avais en tête pour un remix, en fait. Nous nous sommes croisés plusieurs fois à Paris et le contact était bien passé. Je lui ai tout simplement envoyé un email et il a tout de suite accroché en écoutant l’original. Il avait le champ libre et il a pondu ce remix qu’il qualifie comme son premier morceau de Techno et que je trouve hyper cool. C’est hybride, dynamique et parfaitement pensé pour un DJ Set, tout en étant easy listening aussi. Tout s’est donc extrêmement bien passé.

Tu avais réalisé jusqu’alors beaucoup de mixtapes ou podcasts (bien que quelques édits ça et ), c’est un travail que tu considères comme « préparatoire » ou qui t’a aidé dans la composition de ton EP ?

Globalement, j’aime les concepts. À chaque fois que je fais un mix, il y a une idée précise derrière, une ambiance et un cadre. Car j’ai beaucoup d’idées qui me passent par la tête et ça m’aide à les canaliser. J’ai eu la même approche avec cet EP. En faisant le morceau Tuggspeedman, j’ai immédiatement pensé à la manière dont je pourrais le jouer aussi et ça me paraissait indispensable comme raisonnement. Tout en évitant de tomber dans le DJ Tool trop radical. Donc dans mon cas les deux sont liés, clairement. Ce n’est pas forcément une évolution nécessaire après, un bon DJ peut très bien ne pas produire de musique et vice versa. Ce sont deux choses bien différentes, bien que dans mon cas l’une ne pouvait pas exister sans l’autre.

Tu envisages de te concentrer sur la production maintenant ? Ou y a-t-il des facettes du DJing qui te restent à aborder ?

Je vais continuer les deux, naturellement. Jouer ses propres morceaux s’avère être une expérience plutôt cool. Ce qui va donc encore un peu changer ma manière de jouer dans le sens où je les mettrais forcément un peu plus en avant. C’est assez réjouissant.

Y a-t-il un label pour lequel tu aimerais composer un morceau, voire un EP ? Ou quelqu’un que tu voudrais remixer ou par qui tu aimerais voir un de tes morceaux remixé ?

Musique Large me semble être le label le plus approprié musicalement pour ce que je veux faire. Donc pour le moment je ne pose pas vraiment la question. Même si faire un morceau ou un EP pour des labels de référence comme Versatile, Ghostly, Hyperdub, Hotflush ou même Numbers serait dément, évidemment. Concernant un remix , j’aimerais remixer un morceau Pop. J’adore quand un artiste d’un bord complètement différent touche à un morceau chanté et malmène la chose. C’est quelque chose qui me plairait énormément. Par exemple, j’aime beaucoup le dernier remix de Ikonika pour Junior Boys, même si en l’occurrence leurs univers respectifs ne sont pas si éloignés que ça. Dans l’autre sens, il y aurait beaucoup trop de possibilités grisantes et ça dépendrait du morceau en question. Ceci dit, j’adorerais être remixé par Machinedrum, qui est pour moi un des artistes les plus fascinants et prolifiques à l’heure actuelle. Le dernier Sepalcure (son binôme avec Braille) est superbe d’ailleurs. Le mec n’arrête jamais de produire et tout ce qu’il fait est tellement beau, habité et toujours très moderne. J’aime beaucoup la dimension mystique de sa musique. J’ai la chance de le connaitre un peu, j’ai joué avec lui plusieurs fois et il est plutôt cool. Je lui avais fait écouter mon EP il y a quelques mois et ça lui a plu. Donc qui sait, rien n’est impossible.

 onelight-tuggspeedman-pierre-thyss-interview-couvre-x-chefs

Quels sont tes prochains projets ?

Mettre en avant ma première sortie est ma priorité pour le moment. C’est un travail de longue haleine et j’ai mis vraiment beaucoup d’énergie dans ce projet, d’où mon envie de le défendre un maximum. J’ai reçu pas mal de retours positifs et c’est très encourageant. Ceci étant dit, je bosse activement sur la suite. Je ne peux pas trop en parler dans la mesure où ce n’est pas terminé. Ce que je peux te dire, c’est que je suis en train d’explorer encore plus cet univers Electro Funk planant et sexy auquel je tiens tant.

Enfin, qui ou qu’est donc ce Tuggspeedman ?!

En tant que grand fan de Ben Stiller, je reste fasciné par le film Tropic Thunder (Tonnerre sous les Tropiques en version française). C’est un summum. Le casting est ultime, avec notamment Robert Downey Junior et Tom Cruise dans des rôles sacrément improbables (je ne spoile pas au cas où certains n’auraient pas vu le film). C’est hyper débile et ça va super loin. Et Tugg Speedman est donc le nom du personnage joué par Stiller (qui réalise aussi la chose). C’est une sorte d’action hero bodybuildé sur le déclin à la fois stupide et très touchant. Je voulais lui rendre hommage à ma manière avec un morceau musclé mais mélodieux. Puis c’est tellement incroyable comme nom, je ne pouvais pas résister.

Onelight TUGGSPEEDMAN EP est disponible depuis vendredi dernier sur BandcampItunes et SoundCloud.


Guette Onelight sur SoundCloud, Mixcloud, Facebook, Twitter ou encore son site web.

Scrute Musique Large sur SoundCloud, Mixcloud, Bandcamp, Facebook et Twitter.

Tags: , , , ,

One Comment

  1. Pingback: [PREMIÈRE] Chefs Du Jour : Dawn Richard - Interim (Onelight RMX) | Couvre x Chefs

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*