Ayankoko Khmu Thidin Chinabot Couvre x Chefs
Ayankoko Khmu Thidin Chinabot Couvre x Chefs

PREMIERE : Ayankoko – Air China Shanghai (Chinabot)

Le compositeur et multi-instrumentiste Ayankoko sort sur Chinabot son nouvel album Khmu Thidin : une masterpiece entre free jazz, glitch noise, breakcore et guitare psychédélique

Ayankoko est un musicien franco-laotien dont la recherche se situe à la rencontre du jazz, sound design, traditionnel, noise, ambient et autres extreme computers music. Son nouvel album Khmu Thidin fait suite à l’acclamé Kia Sao ກ້ຽວສາວ paru en 2019 également sur Chinabot, plateforme dédiée à « faire évoluer le dialogue autour de la musique asiatique » et dont nous dévoilions un clip de son fondateur Neo Geodesia récemment.

Khmu Thidin reflète l’approche spontanée et collaborative de la musique d’Ayankoko. Gigantesque collage organisé, le projet aussi joyeux que bruitiste immerge l’auditeur dans l’univers sonore unique du compositeur. Ayankoko parsème l’album d’inspirations variées et hétéroclites, allant du drum’n’bass aux influences d’Eno en passant par le gnawa sub-saharien. Ce dernier a d’ailleurs déjà été expérimenté par l’artiste par le passé, lui permettant ainsi de mettre en valeur son travail de guitariste autant acoustique qu’électrique. On retrouve également sur ce nouvel album des samples du peuple Khmu, groupe ethnique le plus ancien et majoritaire au Laos. Khmu Thidin signifie par ailleurs La Terre des Khmu en laotien.

Ayankoko est le projet musical de David Somphrachanh Vilayleck, compositeur multi-instrumentiste actif depuis vingt ans dans les champs du jazz, du dub et de la musique expérimentale. Après avoir étudié au conservatoire de Perpignan et obtenu un doctorat en guitare jazz au conservatoire de Strasbourg, le musicien avoue que, « bien [qu’il ait] étudié la musique, [il a] beaucoup appris sur les techniques de production, le workflow et l’inspiration pendant ses tournées DIY en Europe, Asie et Afrique ».

Avant la sortie de l’album, Chinabot nous a confié le titre « Air China Shanghai », en écoute en haut d’article. Morceau d’ouverture de l’album, les presque quatre minutes de la piste nous plongent en douceur dans le paysage musical d’Ayankoko. Au milieu de l’atmosphère vaporeuse de la piste, des notes de musique chinoise traditionnelle marquent le début de l’immersion et du voyage sonore qu’est ce remarquable Khmu Thidin.

Khmu Thidin d’Ayankoko sera dispo via Chinabot le 18 juin en cassette et digital, pre-order sur Bandcamp.

More articles
MAAY Daisy Mortem Couvre x Chefs
VIDEO PREMIERE : Daisy Mortem – Mange Tes Morts (MAAY remix)